Conseils

Promouvoir son roman : une étape incontournable et décisive

Promouvoir

Vous avez auto-édité votre roman ou bien vous êtes passé-e- par un éditeur qui s’est chargé de ces formalités pour vous. Bien ! Il est maintenant temps de promouvoir votre ouvrage.

Promouvoir, c’est quoi exactement ? L’objectif de cette démarche est de donner envie, d’attiser la curiosité, de tenter les lecteurs de se lancer dans l’achat et surtout dans la lecture de vos romans.

Dans cet article, je vous offre sur un plateau d’argent les astuces pour élaborer la publicité de vos ouvrages sans vous ruiner. Aspect non négligeable, ces conseils peuvent s’appliquer à tous les micro-entrepreneurs qui souhaitent promouvoir sur le net leurs produits, quels qu’ils soient.

Auto-promotion vs promotion via un éditeur ou une agence publicitaire

Quelle est la solution la plus avantageuse pour nous, écrivains et/ou auto-éditeurs ? S’adresser à son éditeur (lorsqu’on en a un, ou encore faire appel à une société de publicité) pour promouvoir nos ouvrages ou prendre en charge soi-même cet aspect entier de notre activité captivant et productif ?

Pour vous, je me suis renseignée auprès de plusieurs éditeurs qui proposent des packs pub. Le prix moyen pour agir au niveau des réseaux sociaux et des médias est de plusieurs centaines d’euros (bien plus auprès des vraies agences de pub). L’ennui est que quand on est jeunes, ou qu’on n’a pas forcément les moyens, il n’est pas possible de débourser une telle somme. Pour certains, c’est même astronomique ! D’autant qu’on ne peut pas savoir à l’avance si les retombées seront positives, ni si, finalement, cette dépense sera amortie à plus ou moins long terme.

En France, il existe plus de 65 000 auteurs qui vivent de leur passion (source : Centre National du Livre). L’objectif est de parvenir à se démarquer car, pour 75 000 livres publiés chaque année, il faut permettre au sien de sortir du lot (les lecteurs potentiels sont rares à pouvoir se permettre d’acheter 75 000 romans dans l’année, sans compter que tout le monde n’a pas les mêmes goûts). Et cela, même les éditeurs ne peuvent vous le promettre. Vous ne pouvez compter que sur vous-même et sur votre plume.

Le plus simple et bénéfique est donc de vous charger vous-même de votre publicité. Au lieu de gaspiller 100 € ou plus d’un seul coup, vous dépenserez votre argent avec parcimonie en fonction de votre intuition, de votre inspiration du moment ou de vos envies (ou bien vous ne dépenserez rien du tout dans certains cas), et non dans la précipitation parce que vous croyez que vous adresser à une société tierce vous ouvrira les portes du monde de la littérature. Ce n’est pas toujours le cas et bien souvent, lorsque vous finissez enfin par percer, il s’est écoulé plusieurs mois voire années depuis le début de votre activité. Il faut rester optimiste et persévérer pour réussir. En outre, gardez bien à l’esprit que si vous n’avez pas envie de vous charger de l’entourage publicitaire de vos ouvrages et que vous avez plusieurs centaines d’euros à débourser, rien ne vous empêche de faire appel à votre maison d’édition ou à une agence publicitaire qui mettra tout en œuvre pour vous faire connaître à votre place. Mais là encore, rien n’est gagné d’avance, à moins d’un sacré coup de chance, ce qui arrive également, et heureusement. Payer pour ce service est à mon sens plus profitable lorsque vous avez réussi à vous faire connaître un peu et que vous avez commencé à vivre un minimum de votre passion. Une publicité à fort impact ne sert à rien si les thèmes abordés dans vos romans ne font pas succès. Testez d’abord ce qui peut ressortir de bénéfique des publicités plus économiques et moins frappantes avant de vous engager sur ce terrain-là.

Enfin, si vous vous décidez à vous lancer seul sur les sentiers battus de l’auto-promotion, vous verrez que vous n’y passerez que peu de temps (sauf si vous souhaitez miser votre réussite là-dessus en vous y investissement intensément), ce qui vous en laissera beaucoup à côté pour rédiger vos romans, activité dont il est difficile de se passer.

Ceci étant dit, il est maintenant temps d’énoncer les principales sources de publicité et comment se les approprier facilement sans y laisser sa chemise.

Promouvoir
Hum… Est-il nécessaire de légender cette image designée et pensée de façon magistrale ?

 

Les réseaux sociaux : les grands manitous du web

PromouvoirFacebook : le seigneur de la toile

On ne présente plus ce réseau social que chacun connaît désormais, au moins de nom. Le Monde lui-même l’affirme : Facebook, c’est 33 millions d’utilisateurs actifs rien qu’en France. De quoi atteindre de nombreux lecteurs potentiels, à condition de savoir comment procéder. En plus, comme vous le savez déjà, la création d’un compte Facebook ou d’une ou plusieurs page-s- associée-s- est totalement gratuite.

Commençons tout d’abord par promouvoir efficacement votre page Facebook sans dépenser le moindre euro. Vous pouvez amorcer cette expérience ainsi avant d’envisager de développer votre page via une publicité payante. Voici les astuces (logiques mais une petite piqûre de rappel ne fait pas de mal) :

  • Soignez la présentation de votre page Facebook : exploitez au maximum ses capacités (photo de profil, couverture, bouton d’appel à l’action, story de votre activité ou de votre page, publiez des photos, des vidéos, remplissez la page A propos avec un lien vers votre blog/site web…) ;

  • Publiez du contenu intéressant régulièrement (en ajoutant photos, vidéos, liens vers votre blog/site web/autres réseaux sociaux) pour tenir vos followers en haleine et éviter qu’ils vous oublient ;

  • “Engagez” vos contacts déjà existants : si vous avez une page pro, vous avez peut-être aussi un compte perso avec de nombreux amis alors demandez-leur un petit soutien en aimant votre page et en la partageant avec leurs contacts ; de même, vous pouvez inciter les followers de votre page à partager vos publications avec leurs propres contacts ;

  • Interagissez avec vos membres : répondez aux messages qu’on vous envoie, likez les commentaires qu’on laisse sous vos publications et répondez-y et, bien sûr, likez, commentez et partagez les publications d’autres pages que vous suivez afin d’inciter ceux qui les gèrent à faire de même sur la vôtre.

 

Promouvoir
Suivez de près les statistiques de vos publicités et publications pour envisager les actions à entreprendre afin de développer votre notoriété

Si vous restez sur un Facebook sans dépense publicitaire, sachez que vous pouvez suivre les statistiques de vos publications. Pour cela, cliquez sur “Statistiques” en haut de votre page Facebook. Ici, vous avez une vue globale des statistiques de votre page sur une semaine pour de nombreux paramètres (actions sur la page, vues, mentions J’aime, portée, abonnés…), les promotions récentes et les 5 publications les plus récentes et leurs chiffres statistiques. Enfin, tout en bas, vous pouvez ajouter des pages similaires à surveiller pour comparer les performances de votre page à d’autres et éventuellement envisager ce que vous pouvez entreprendre pour améliorer son trafic. Pour aller plus loin, vous pouvez cliquer sur les onglets qui apparaissent dans la colonne de gauche afin de consulter les statistiques détaillées du nombre d’abonnés, des mentions J’aime, de la portée…

L’onglet “Outils de publication” en haut, juste après “Statistiques”, vous permet de booster vos publications publiées (option payante), d’avoir un aperçu de vos publications programmées, brouillons et publications temporaires, une liste de vos vidéos publiées et de celles que vous pouvez crosspostez (cette fonction permet de réutiliser une vidéo dans plusieurs publications sans avoir à l’importer ou à la partager à nouveau), d’accéder à la banque de sons gratuite de Facebook, de gérer et suivre les publicités à formulaire et leurs éventuels brouillons et d’accéder à la gestion du format Canvas qui permet d’optimiser les expériences de vos publicités sur mobile.

Vous pouvez également promouvoir vos romans par l’intermédiaire de publicités payantes (vous choisissez vous-même le prix à leur concéder) qui seront diffusées à une audience que vous aurez définie au préalable (Attention ! /!\ Nous passons là à une partie plus barbante de l’article, appelons-la “Tuto pub Facebook”. Prenez votre mal en patience pour la consulter car elle peut être importante dans le cadre du développement de vos ventes de romans. On dit bien qu'”il faut souffrir pour être belle” et bien pour l’occasion, il faudra souffrir un peu pour se faire connaître en lisant ces quelques paragraphes rébarbatifs mais les résultats se feront ressentir).

Pour ce faire, vous avez deux possibilités :

  • soit créer une publicité avec audience de A à Z en passant par la petite flèche en haut à droite de votre compte Facebook puis en cliquant sur “Créer des publicités” (ou “Gérer des publicités” si vous voulez suivre les publicités déjà créées, voir les détails plus bas) ;

  • soit poster un message sur votre page Facebook, avec images ou vidéos car les yeux et l’attention sont plus facilement attirés par de jolies illustrations que par un texte seul, puis cliquer sur “Booster la publication” afin de créer une promotion : à partir de là, vous choisissez quels résultats vous souhaitez atteindre avec votre publication (interaction ou messages), si vous souhaitez lui ajouter un bouton et de quel type (Acheter, Réserver, En savoir plus…), vous définissez une audience (surtout pour être certain d’atteindre les lecteurs qui aiment le genre littéraire que vous développez dans vos romans) sauf si vous en avez déjà créée une ou la créer directement, suite à quoi Facebook vous indique le nombre de personnes qui seront potentiellement atteintes, choisissez ensuite le temps de diffusion de votre publicité, activez éventuellement le Pixel Facebook si vous êtes intéressé-e- (voir plus loin dans l’article) puis procédez au paiement (solution la plus simple).

Promouvoir
Avec mes superbes montages, je vous facilite le travail, n’est-ce pas ? On dit merci  qui ? 😃

 

Si vous choisissez l’onglet “Créer des publicités” pour avoir accès à une prestation plus complète, l’opération n’est pas beaucoup plus compliquée que l’option décrite ci-dessus. Voici les étapes :

  • Choisissez d’abord votre objectif : voulez-vous sensibiliser vos clients potentiels en développant la portée de votre marque ou atteindre le plus grand nombre de personnes avec votre publicité, travailler sur la “considération” du public Facebook (au niveau du trafic, des interactions, des installations d’applications, des vues de vidéo, de la génération de prospects pour obtenir les adresses mail de clients potentiellement intéressés par vos livres ou de l’augmentation du nombre de messages reçus) ou alors en visant les actions des utilisateurs Facebook (pour les sites web, apps, ventes catalogue ou visites en point de vente) ? ;

  • Selon votre choix, il est possible que l’on vous demande ensuite d’approfondir votre objectif en optant pour l’une des options proposées (par exemple, pour l’objectif “Interactions”, on vous demandera de choisir si vous voulez pousser vos lecteurs potentiels à interagir avec les publications, aimer votre page ou répondre à des événements), puis saisissez le nom de votre campagne, sachant qu’une campagne peut contenir plusieurs publicités dont le sujet est commun (ou pas, c’est comme vous voulez !) ;

  • Saisissez ensuite le nom de l’ensemble des publicités de cette campagne qui apparaîtra dans les rapports, statistiques, conseils… (facultativement, vous pouvez utiliser les options avancées pour paramétrer plus précisément cet ensemble de publicités) ;

  • Créez une audience ou utilisez une audience déjà créée : ici, vous pouvez choisir les pays des utilisateurs Facebook que vous visez et leurs centres d’intérêt (en sélectionnant la lecture, les romans, les genres littéraires abordés dans vos romans…), âge, sexe, la ou les langue-s- utilisé-e-s (si vous avez rédigé un roman en anglais par exemple), un type de connexions (pages Facebook, apps, événements ou combinaisons de ces options) ;

  • Pour les placements, restez sur “Placements automatiques (Recommandé)”, cela vous évitera de manquer de nombreux lecteurs potentiels à atteindre ; Facebook, grâce à son algorithme, sait mieux que ses utilisateurs quels sont les endroits où l’audience paramétrée sera la plus performante (en l’occurrence Facebook, Instagram, Audience Network et/ou Messenger) ;

  • Définissez votre budget publicitaire (ce peut être 5, comme 10, 20, 30 € ou plus, à vous de voir !) et les dates de début et de fin de diffusion, Facebook vous indiquant précisément quelles sera votre dépense maximale quotidienne, hebdomadaire ou globale pour toute la campagne ;

  • Vous n’avez normalement pas à toucher aux options avancées suivantes qui doivent être grisées sauf si vous optez pour un budget global au lieu de quotidien ou que vous paramétrez une enchère manuelle ;

  • Choisissez ensuite la ou les pages Facebook et compte Instagram éventuellement connecté à votre page Facebook (ce qui vous permet de faire d’une pierre, deux coups, sans supplément budgétaire), puis l’apparence de votre publicité (carrousel avec au minimum 2 images ou vidéos à faire défiler, image unique, vidéo unique ou publicité vidéo avec 10 images maximum sous forme de diaporama) ;

  • Vous pouvez cocher l’option “Ajouter une expérience plein écran” pour que votre pub, quelle que soit son apparence, s’ouvre instantanément en grand écran sur les mobiles ;

  • Importez les images et/ou vidéos à intégrer dans votre publicité et saisissez son texte de présentation ;

  • Cochez la destination de la publicité en cliquant dessus (par exemple, votre site Internet ou blog si vous en avez un) ;

  • Suivez la liste des options proposées pour en trouver d’autres qui seraient susceptibles de vous intéresser afin d’améliorer l’objectif de votre publicité (telles qu’ajouter à vos images un titre, une description et une adresse URL de destination à promouvoir, un bouton d’appel à l’action…) ;

  • Le suivi des conversions : c’est le fameux Pixel Facebook qui vous permet de suivre précisément les performances de vos publicités dans le Gestionnaire de publicités (option qui peut être intéressante, il m’a personnellement permis d’apprendre que mes publicités sont efficaces essentiellement sur Instagram et que les adolescents masculins entre 13 et 17 ans y sont plus réceptifs, en aval je peux ainsi adapter mes publicités, publications… en conséquence pour les toucher encore davantage ou au contraire, changer totalement de tentative d’approche pour atteindre d’autres catégories d’utilisateurs Facebook/Instagram) ;

  • Toujours en lien avec le Pixel Facebook, vous pouvez configurer en plus les événements concernant vos applications et les événements hors ligne ;

  • Cliquez sur “Examen” en bas afin de vérifier l’ensemble de votre publicité en un coup d’œil ; le cas échéant, Facebook relève pour vous les éventuelles erreurs à corriger ;

  • Confirmez, il vous restera ensuite à régler le coût de votre publicité.

Rendez-vous ensuite dans “Gérer les publicités” pour suivre les résultats et graphiques de votre campagne publicitaire (performances, données démographiques et placement).

Vous êtes enfin un-e- pro des pub Facebook ! 👍 Vous pouvez maintenant publier des publicités encore et encore sans vous prendre la tête. Même si vous déterminez le budget à allouer à votre programme publicitaire, vérifiez quand même le solde de votre compte bancaire avant toute chose ! Je ne voudrais pas être responsable de vos dettes !

Promouvoir
Devenez le maître incontesté des réseaux sociaux ! 💪


L’avantage, comme je vous le disais plus haut, est que si vous possédez un profil Instagram et que vous le reliez à votre compte Facebook, votre publicité pourra être publiée sur ces deux réseaux sociaux sans frais supplémentaire afin de toucher encore plus de lecteurs potentiels. En chiffres, Instagram compte, rien qu’en France, 16,4 millions d’utilisateurs. Un bon complément à Facebook qui fournit déjà son pesant d’or avec ses 33 millions d’usagers !

En conclusion, les techniques gratuites pour exploiter Facebook génèrent un certain impact mais cela peut prendre du temps. Vous pouvez les compléter avec une publicité payante bien ciblée de temps à autre si vos économies vous le permettent, la formule la plus efficace étant la publicité constante (un peu tout au long de l’année) mais il faut avoir les moyens financiers nécessaires.

 

Promouvoir
Conseil : les publicités avec du texte, des images et des vidéos qui suscitent des émotions sont les plus efficaces (tout le monde sait que les romanciers sont des pros dans ce domaine) 

PromouvoirTwitter : le roi du web

Twitter, c’est plus de 15 millions d’utilisateurs en France. Il rattrape Facebook à toute vitesse. Ce réseau social est donc un moyen supplémentaire efficace de trouver des lecteurs potentiels et de les fidéliser.

Pour attirer des abonnés, encore une fois, soignez votre profil : photo de bannière, photo de profil, description, localisation si vous le souhaitez ou si c’est nécessaire par rapport à votre activité, site web ou blog à mettre en lien, couleur du thème et date de naissance si désiré.

En cliquant sur votre photo de profil en haut à droite, vous pouvez accéder à l’onglet “Confidentialité et sécurité” pour approfondir les caractéristiques de votre profil. Cet onglet vous propose une sous-catégorie d’onglets sur la gauche. Ici, vous pouvez travailler sur votre nom d’utilisateur (le fameux @—), paramétrer le contenu de votre profil (lecture automatique des vidéos ou non, décider si vous voulez montrer les meilleurs tweets en premier…) mais aussi sur divers paramétrages à programmer ou modifier immédiatement ou ultérieurement comme changer de mot de passe, choisir où vous recevrez vos notifications ou encore lesquelles vous préférez masquer, trouver des amis, ajouter des widgets Twitter sur votre blog/site web (Profil, J’aime, Liste)…

En plus de poster des tweets réguliers (notez qu’un tweet n’a qu’une “durée de vie” de quelques minutes avant d’être supplanté par les tweets suivants qui arrivent en masse), abonnez-vous au profil d’autres utilisateurs dont le contenu publié est en mesure de vous intéresser ou de correspondre à ce que vous faites. Il est fort probable que l’utilisateur auquel vous vous êtes abonné s’abonnera à votre profil en retour. Dans vos tweets, n’hésitez pas à mettre l’accent sur les photos, les vidéos, les GIF en plus du texte. Comme avec Facebook ou tout autre réseau social, les illustrations attirent l’œil et l’attention. Attention, vous n’avez que 140 caractères maximum par tweet alors choisissez bien vos mots et résumez au maximum l’idée que vous voulez faire passer.

Promouvoir
“Tweetez” régulièrement avec des images, du texte, des vidéos… alléchants pour rester actif sur le réseau, le zèle est payant, croyez-moi !

De même, aimez, partagez et commentez les tweets de vos abonnés et des utilisateurs que vous suivez. Cela augmentera votre notoriété puisque vous serez connu-e- des abonnés de ces utilisateurs lorsqu’ils liront votre commentaire ou regarderont qui a aimé et partagé ledit tweet. Ils pourront ainsi s’abonner à votre profil et inversement, en consultant qui a commenté, aimé et partagé les tweets de vos abonnés, vous pouvez trouver des profils intéressants auxquels vous abonner. En retour, leur gestionnaire pourra s’abonner à votre profil si ce n’est pas encore fait et ainsi de suite… Vous avez compris le truc !

Comme avec Facebook, vous pouvez suivre les statistiques de votre profil. Normalement, une petite fenêtre détaillant l’activité de vos tweets doit apparaître sur la droite de votre profil, comme ci-dessous :

Promouvoir
Vous aimez mes montages, pas vrai ? 😜

En allant sur “Voir vos tweets populaires“, vous accédez à une page qui détaille davantage les statistiques d’audience de votre profil avec l’engagement et le taux d’engagement en nombre de J’aime, de retweeets, de clics sur les liens, de réponses… ainsi qu’un graphique avec les impressions (nombre de fois que le tweet a été vu) sur une période donnée. A partir de là, vous pouvez choisir de sponsoriser certains de vos tweets mais on entre dans la partie payante de l’utilisation de Twitter dont je n’ai pas encore eu besoin dans mon activité (je suis à fond sur les pubs Facebook en ce moment !). Malgré tout, si vous souhaitez promouvoir vos tweets, n’hésitez pas aller explorer cette section mais apparemment, elle semble plutôt simple d’utilisation.

En cliquant sur votre photo de profil en haut, vous pouvez également accéder à l’onglet “Statistiques“. Les données sont du même acabit que sur la page que nous venons de voir avec un récapitulatif sur 28 jours ainsi que votre meilleur tweet en terme de nombre d’impressions, la meilleure mention et son nombre d’engagements, le meilleur abonné (celui qui est suivi par le plus de personnes), le meilleur tweet avec médias… mois par mois. A partir d’ici, vous pouvez vous inscrire à Publicités Twitter si ce n’est pas fait et/ou ajouter un nouveau moyen de paiement. La suite est quasiment identique aux options proposées par l’onglet “Créer des publicités” sur Facebook (choisir un objectif, un nom de campagne, un budget quotidien et total facultatif, les dates de diffusion, quel-s- tweet-s- ou retweet-s- sera/seront sponsorisé-s-, les détails de l’audience). A la fin, vous vérifiez les paramètres enregistrés pour constater d’éventuelles erreurs, comme sur Facebook, puis vous lancez la campagne.

En résumé, il n’est pas indispensable de dépenser en publicité sur Twitter (tout comme sur Facebook) afin d’augmenter sa notoriété et son réseau d’abonnés (bien sûr, c’est un petit plus à envisager !) mais si vous voulez vous lancer dans cette voie, choisissez un tweet percutant, attirant et soulignant bien l’ampleur et la qualité de votre travail.

PromouvoirLes autres réseaux sociaux : les princes de l’Internet, intéressants mais d’une influence moins franche

Les réseaux sociaux venant après les plus puissants (dans l’ordre du plus important au moins important : Facebook, YouTube -qui fera l’objet d’un article à lui seul-, Instagram, Twitter) sont : WhatsApp (13,4 millions d’utilisateurs français), Snapchat (12,2 millions d’usagers en France), Linkedin (10,7 millions d’utilisateurs en France) et Pinterest (3,8 millions), selon Tiz, l’Agence Digitale en ligne.

Même s’ils restent loin derrière les quatre plus influents, leur nombre d’usagers est malgré tout appréciable. Ils peuvent donc représenter un petit plus pour étendre vos contacts avec vos lecteurs potentiels. Attention toutefois à ne pas vous perdre dans les méandres des réseaux sociaux car leur gestion est chronophage. N’oubliez pas que vous devez aussi écrire vos romans, organiser et participer aux Salons du livre si vous les avez prévus dans votre emploi du temps, gérer votre micro-entreprise si vous en possédez une, démarchez les libraires pour du dépôt-vente…

Je me suis personnellement arrêtée aux quatre premiers (ce qui représente déjà une consommation du temps quotidien en matière de gestion conséquent) avec Pinterest en complément qui est mon petit coup de ❤ (et qui en plus est gratuit, tout pour plaire !). En effet, les images épinglées par ses utilisateurs, sur les thèmes du fantastique et de la science-fiction notamment (mes thèmes de prédilection 🙂), sont pour moi une grande source d’inspiration. Si vous voulez voir mes petites trouvailles plutôt sympas, c’est par ici. Pinterest est le dernier réseau social préféré des Français mais je n’allais pas garder ces trésors pour moi toute seule alors que je peux le partager avec des auteurs et lecteurs passionné-e-s comme moi !

Sur Pinterest, en plus d’épingler sur votre profil les images, vidéos et autres contenus (d’autres personnes ou les vôtres personnelles en les important) qui vous plaisent (notez qu’avec une petite fonctionnalité qui ajoute un bouton Pin it à votre navigateur, vous pouvez épingler toutes les images et vidéos que vous voulez sur votre profil, à partir de Pinterest comme de partout ailleurs sur la toile), vous êtes également libres de créer des tableaux publics et secrets (uniquement visibles de vous et des membres que vous invitez) dans lesquels vous allez rassembler vos images, vidéos et contenus selon leur thématique. Il vous est également possible d’explorer Pinterest pour trouver les images et vidéos que vous recherchez, recevoir des notifications qui correspondent à vos centres d’intérêt (paramétrage qui se fait au moment de la création de votre compte, il suffit simplement de suivre les étapes, c’est très facile) mais aussi gérer votre boîte de réception. Enfin, Pinterest propose de mettre à niveau gratuitement votre profil vers un compte professionnel qui vous permet d’accéder en plus aux statistiques, annonces (je n’ai pas encore eu l’occasion de les tester mais je suppose que les publicités doivent être payantes, comme sur les autres réseaux sociaux)…

Promouvoir
Encore un montage de mon cru… Je crois que je vous gâte trop !

Dans votre activité d’auteur, Pinterest peut donc vous rapprocher de façon plus intime des utilisateurs de ce réseau social et de vos lecteurs potentiels, dans un contexte professionnel tout d’abord, car vous allez épingler images et vidéos qui concernent votre travail d’écrivain et tout ce que vous pouvez faire à côté (par exemple, les photos de votre dernier Salon du livre) mais aussi dans un contexte personnel, non pas en partageant vos photos de soirées arrosées 🍸🍸🍸 où vous avez fini ivre sous la table (il faut rester crédible, vous êtes avant tout un professionnel, à moins d’écrire seulement pour impressionner vos amis, ce qui sous-entend distribuer vos œuvres dans votre cercle familial et amical sans les mettre en vente), mais en présentant vos coups de cœur, vos préférences, vos envies du moment, bref, tout ce qui met en exergue votre personnalité. Nous ne rappelons plus que les clients ne recherchent pas qu’un contact professionnel, mais aussi et surtout un contact humain qui soit moins impersonnel et indirect. Ce conseil s’applique aussi aux autres réseaux sociaux.

En conclusion, si vous ne voulez pas vous éparpiller dans la gestion d’un trop grand nombre de réseaux sociaux (sauf si c’est votre passion et qu’il vous reste du temps pour rédiger vos romans à côté), choisissez-les avec soin en privilégiant les quatre grands vainqueurs du web. Il vaut mieux gérer peu de réseaux sociaux mais proposer un contenu de qualité. Privilégier la qualité à la quantité, voilà le programme !

Blogging et partenariat : une astuce facultative mais ingénieuse

Je ne m’étendrai pas trop sur le sujet au vu de la longueur déjà astronomique de ce billet (pour le coup, avec moi, c’est qualité ET quantité, du moins j’espère !).

Si vous possédez un blog (ou même un site web), c’est super. Si vous voulez marquer les internautes (et vos futurs lecteurs) de façon encore plus magistrale, démarchez des sites web et blogs spécialisés dans la littérature ou dans un domaine s’en rapprochant, c’est-à-dire romanciers, auto-éditeurs, éditeurs, illustrateurs…, bref, tout ce qui peut se rapporter de près ou de loin à votre activité. Prévoyez ensuite une collaboration enrichissante pour l’un comme pour l’autre. Il existe mille et une manières d’y parvenir : créer chacun de votre côté un article sur l’autre blogueur pour le présenter à ceux qui vous suivent, réaliser une interview (comme j’en ai eu la chance avec Alexandre de Passion d’écrire), rédiger un article sur votre activité, des astuces… sur le blog du second blogueur… Cela vous permet ainsi d’élaborer un échange bénéfique et productif à tous les deux en vous faisant connaître des internautes qui suivent l’autre blogueur, mais aussi de vous apporter mutuellement de la notoriété et un contenu attractif. Même si vous n’avez pas beaucoup d’abonnés, et que votre partenaire est également dans ce cas, ce n’est pas grave. Il faut bien commencer quelque part ! Et si vous vous montrez original-e- et efficace, vous gagnerez quelques-uns des followers de l’autre blogueur.

Attention quand même, ne soyez pas trop gourmand-e- 🤑 en allant frapper à la porte de gros blogueurs et sites Internet puissants dans le monde du web : ils reçoivent beaucoup de demandes de ce genre tous les jours donc si vous n’êtes pas suffisamment connu-e-, passez votre chemin car votre candidature ne sera pas retenue.

Les médias : une alternative gratuite à l’impact perceptible

Pour intensifier la publicité web amorcée autour de vos romans, n’hésitez pas à contacter les médias locaux, régionaux et nationaux : presse écrite format journal ou web, radios locales ou régionales (il faudra attendre d’être un peu plus connu-e- pour prétendre être interviewé-e- par une radio nationale) et, plus tard, lorsque la popularité commencera à vous gagner, les radios nationales et la télévision. D’ici là, ne soyons pas trop pressés et profitons des autres possibilités qui s’offrent à nous.

Si votre projet ou démarche leur semblent intéressants et pertinents, ils accepteront de vous interviewer gratuitement, voire même, dans le cas des journaux, d’envoyer un photographe pour immortaliser votre visage et votre ou vos ouvrage-s- (c’est ce qui m’est arrivé en contactant un célèbre journal quotidien, bien surprise étais-je d’ailleurs de voir arriver un photographe puisque je ne m’y attendais pas du tout. Imaginez le malaise quand vous n’avez pas forcément mis l’accent sur votre présentation vestimentaire ou que vous n’avez pas eu le temps d’aller chez le coiffeur !). Affichez votre plus beau sourire (il s’entend même à la radio à travers votre voix) et présentez votre activité, votre parcours et vos romans avec enthousiasme et professionnalisme. La balle est dans votre camp !

Promouvoir
Grâce à Internet, les médias, même locaux, peuvent manifester une portée mondiale, pensez donc aussi à jouer sur ce tableau !

Les publicités sous format papier : un condensé d’avantages et d’inconvénients

Flyers, posters (par exemple pour attirer l’œil sur votre stand aux Salons du livre, j’adore ! mais évitez tout de même d’alourdir votre espace de rencontres et de ventes avec trop de posters au risque que les visiteurs, agressés visuellement, ne sachent plus quoi regarder), cartes de visite, dépliants… Les idées de format de publicités papier ne manquent pas.

En outre, dans le cas de commandes importantes, et sur de nombreux sites Internet, les prix sont très attractifs, voire dégressifs. Les tarifs peuvent également être intéressants en imprimerie. La question est de savoir s’il s’agit une méthode publicitaire judicieuse.

Personnellement, je pense qu’elle peut avoir son intérêt si vous les distribuez vous-même (plutôt en Salons du livre) car vous établissez un rapport direct avec le lecteur potentiel (regard, sourire, échange oral…), ce qui marque les esprits et suscite des souvenirs agréables ou désagréables (l’important est qu’il y ait souvenir d’une situation passée à laquelle se connecter en retrouvant la publicité dans ses effets personnels). Par contre, s’il s’agit de les laisser près d’une caisse de supermarché ou de boulangerie, je vous conseille de renoncer. Souvent, les clients de la boutique n’y prêtent pas attention ou bien les glissent négligemment dans une poche ou un sac avant de les oublier ou de les jeter plus tard en les retrouvant s’ils ne se rappellent pas où ils les ont obtenus ou si finalement, le message diffusé dessus ne les intéresse pas ou plus (il manque clairement l’idée d’avoir “marqué les esprits”, ces personnes-là n’ont aucune référence en aval, comme une rencontre sympa ou une discussion plaisante avec l’auteur). Le pire est la distribution à la volée dans la rue. Les passants prennent souvent les publicités par politesse ou obligation (ça vous est déjà arrivé qu’on vous impose un flyer ou un dépliant dans les mains ? Je suis sûre que oui !, et c’est très agaçant) avant de s’en débarrasser un peu plus loin.

Promouvoir
Privilégiez les Salons du livre pour émettre vos publicités papier, elles auront un plus fort impact

Si vous envoyez souvent des courriers (plutôt rare de nos jours, les mails avec pièces jointes ont le monopole), vous pouvez investir dans des enveloppes imprimées de vos coordonnées (ou opter pour un tampon-encreur, c’est tout aussi bien). Vous avez aussi les autocollants pour fermer vos enveloppes, les stickers, les autocollants publicitaires à disposer sur les carrosseries des voitures (je vais un peu loin là, non ? 🤔)…

La carte de visite, quant à elle, est un outil de communication très professionnel. Elle est à remettre principalement aux professionnels du domaine littéraire pour qu’ils puissent vous contacter si besoin, par exemple dans le cadre d’un contrat ou d’une collaboration (librairies, éditeurs, auto-éditeurs, associations littéraires…). Vous pouvez également les laisser libres d’accès sur votre stand aux Salons du livre mais là encore, le risque est qu’elles passent à la poubelle dès le retour à la maison.

Ma prochaine étape, en ce qui me concerne, est d’investir dans des petits objets publicitaires de type marque-pages, porte-clés, stylos, clés USB… que j’aimerais offrir sur les Salons du livre pour l’achat de l’un de mes romans, en opération spéciale sur mon blog avec l’achat d’un ou plusieurs livres ou en cadeau bonus avec les jeux-concours. Le projet est loin de voir le jour car je dois encore travailler sur leur visuel.

En résumé, si vous voulez opter pour les publicités papier, choisissez-en avec attention le format et le mode de distribution, en plus de bien travailler leur visuel (à ce titre, vous pouvez vous faire aider d’un professionnel ou d’un amateur expérimenté mais la prestation peut être payante). Je vous conseille, à titre personnel :

  • les cartes de visite, notamment pour les professionnels du monde littéraire ;

  • un ou deux posters pour votre stand sur les Salons du livre ;

  • éventuellement des flyers à donner à la main sur votre stand en y ajoutant un joli sourire, un mot d’accueil sympathique et pourquoi pas, une discussion enrichissante pour votre futur lecteur potentiel et pour vous.

Pour les flyers à distribuer en Salons du livre, le petit plus est de leur ajouter un QR code (sorte de code-barres dans lequel sont dissimulées des données, en l’occurrence une adresse URL, déchiffrées par des applications sur téléphones mobiles) qui enverra directement les passionnés de lecture sur votre site web ou blog et sur vos réseaux sociaux sans qu’ils aient besoin de les saisir sur leur téléphone portable ou d’aller les chercher manuellement. Les générateurs de QR codes gratuits sont légion sur Internet.

Promouvoir
     Exemple : QR code de mon blog

Conclusion

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour réussir la publicité de vos romans sans vider votre compte bancaire : Facebook, Instagram, Twitter (n’hésitez pas à miser sur d’autres réseaux sociaux si vous les appréciez ou si vous vous sentez à l’aise avec l’outil en lui-même) pour les réseaux sociaux, mais aussi médias et publicités papier sans oublier les partenariats Internet avec des passionnés comme vous pour ouvrir mutuellement vos horizons vers le reste de la toile, sans vous cantonner uniquement à votre blog/site web et aux réseaux sociaux sur lesquels vous êtes actifs.

Enfin, organisez de temps en temps des opérations promotionnelles pour diminuer un peu le prix de vos romans, notamment au moment de leur lancement, afin de fidéliser vos lecteurs.

Ah, et j’oubliais (pour moi qui en suis une fervente adepte, c’est un comble) : en plus du résumé de votre roman, envisagez aussi de créer une bande annonce pour le présenter de façon succincte avec des images, de la musique ou pourquoi pas, une vidéo filmée, montée ou avec des images animées (plus compliquée quand on n’y connaît rien mais peut être envisagé avec un professionnel en la matière en prestation généralement payante). Étant donné que cette solution peut éventuellement être en lien avec YouTube, je l’aborderai en détails plus tard dans un autre billet.

Quand vous aurez percé dans le monde de la littérature, que vous serez millionnaire, partez à l’autre bout du monde pour des vacances bien méritées. Puis, lorsque vous siroterez votre cocktail sur la plage, vous penserez à moi ! 💰✈🏝

Sur ce, bonne chance et bon courage !

. . . ⁉

Mais non, je plaisante ! 😂 Évidemment, je reste à votre disposition avec mes quelques connaissances et mon expérience si vous avez des questions que vous pouvez me poser dans les commentaires en-dessous de cet article ou sur les réseaux sociaux. D’autres auteurs et auto-éditeurs se joindront à moi, s’ils le souhaitent, pour nous apporter des éclaircissements, d’autres solutions (car il existe différents moyens de promouvoir un produit, ceux abordés dans cet article étant, à mon sens, les principaux) ou leur expérience du sujet en matière de publicités de romans.

Promouvoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.